mardi

16h28


(Suite de Lola, précédemment vue ici)

Place 47 de la voiture 10 du train en direction de l'autre bout du monde.

J'ai pris mon billet imaginaire en début d'après-midi grâce à l'argent que je n'ai pas. Dans quelques minutes mon chef m'appellera pour m'indiquer que je suis encore en retard, je l'informerai que je souffre d'un spleen baudelairien, détecté par ma lampe de chevet, m'obligeant à l'inviter cordialement à aller faire l'amour à sa maman, de préférence sans condom et avec une pincée de gravier.
En parlant de boulot, ça va d'ailleurs faire deux bons mois que je n'ai pas mis les pieds à la fac. Du moins dans l'enceinte des salles de cours. Les bancs de marbre blanc de la cour d'honneur m'accueillent chaleureusement chaque jour après que j’eusse emprunté un nouvel exemplaire des Temps Modernes à la bibliothèque fraîchement rénovée. Lorsqu'ils me voient ainsi allongée sur le dos, les genoux à l'air, une jambe reposant mollement sur l'autre, mes camarades me regardent de travers tandis mes enseignants me saluent tristement.

Tout a commencé il y a à peu près six mois, à l'époque j'étais une élève brillante, entourée, prête à tout pour conquérir le monde. Mais un événement a brusquement bouleversé le cours de l'Histoire entraînant le monde dans un chaos éternel. Mais bon, rien ne sert de ressasser le passé. Désormais, j'ai une flasque de Jack dans la poche de mon short, la vie ne serait être plus belle.

Je ne sais absolument pas ce que je fais dans ce train. A priori il m'emmène voir la mer. Ca fait longtemps que nous n'avons pas discuté elle et moi. Le vieux cadre plus très dynamique assis à mes côtés ne me semble pas très à l'aise, peut-être que s'il arrêtait de lorgner sur mes cuisses nues sa tension redescendrait. Par ennui, je m'amuse à m'imaginer lui murmurer au creux de l'oreille :"Bonjour monsieur, vous ne semblez pas très bien dans votre complet. Si vous le souhaitez, je peux vous proposer une petite pipe pour pas cher, ainsi vous aurez meilleure mine et moi je pourrai me payer une nuit d'hôtel avant de trouver l'intérêt qui m'a poussée à monter dans ce train et m'asseoir près de vous".


Aucun commentaire: